Les conseils santé

La place de l’hypnose dans la médecine

  • Qu’est ce que l’hypnose ?

Il convient de définir ce terme, car pendant longtemps l’hypnose était apparentée à un état de sommeil. Cependant, scientifiquement, il ne s’agit pas de sommeil mais d’un état de conscience modifié.

Le terme « hypnose » vient du mot grec « hupnoein » qui signifie endormir. L’hypnose fait référence à un état modifié de conscience également appelé « transe », au cours duquel l’individu est entre l’état de veille et de sommeil.

https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=hypnotherapie_th
  • Comment être mis sous hypnose ?

Il convient de savoir qu’en dehors des idées reçues, entrer dans un état hypnotique sans collaboration et aval du patient est impossible.

On peut être mis sous hypnose grâce à un professionnel, un thérapeute, mais tout le monde connait déjà en réalité cet état hypnotique :

Cet état est naturel et expérimenté chaque jour : lorsqu’on lit un bon livre, qu’on regarde un film qui nous transporte, qu’on regarde un feu attentivement, qu’on perd temporairement la notion du temps au volant d’une voiture ou, tout simplement, lorsqu’on est “dans la lune ».

https://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=hypnotherapie_th
  • Comment l’hypnose a trouvé sa place dans la médecine moderne ?

Des imageries cérébrales ont permis de prouver que des modifications cérébrales, avec des activations de certaines zones du cerveau, se produisaient lorsqu’on était sous hypnose.

Aujourd’hui la pratique de l’hypnose est employée dans plusieurs établissements de santé. Nous pouvons citer par exemple : le CHR de Metz-Thionville, le CHUV de Lausanne, le SAMU de Lyon, de Marseille etc.

Cependant, aucun cadre légal n’existe encore en France autour de l’hypnose :

En France, il n’y a pas de cadre légal précis encadrant la pratique de l’hypnose ni de l’EMDR. Les DU d’hypnose et d’EMDR ne sont pas reconnus par l’Ordre des médecins. Réglementairement, le médecin n’est donc pas autorisé à mentionner ces pratiques sur sa plaque et/ou ses ordonnances.

https://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteHypnose_2015.pdf
  • Le recours à l’hypnose dans la médecine :

L’hypnosédation est de plus en plus employée pour la gestion du stress du patient et la gestion de la douleur.

De la gestion du stress de la personne appelant le centre 15, jusqu’à la prise en charge de la douleur lors d’un accident de la route, le champ d’application est large. «Par exemple lors d’infarctus du myocarde, l’hypnose permet de soulager la douleur et d’éviter l’injection de morphine. De plus, toujours grâce à l’hypnose, le patient va diminuer sa tension et sa tachycardie», explique le docteur Nazmine Guler, urgentiste au CHR de Metz-Thionville et l’une des pionnières ayant introduit l’hypnose aux urgences.

http://sante.lefigaro.fr/article/l-hypnose-une-aide-utile-en-intervention-d-urgence/
  • La mise en pratique de l’hypnose dans la médecine :

Le plus souvent, les équipes médicales emploient des techniques d’hypnose dès l’arrivée du patient, sans que ce dernier en soit encore conscient. On parle alors d’hypnose conversationnelle. Cette technique repose sur l’emploi de mots positifs :

La pratique de l’hypnose à l’hôpital peut commencer de façon très informelle, simplement dans cette approche soignant-patient et dans le choix des mots. Des mots bienveillants, positifs. On est alors plus certainement dans un processus de suggestion que d’hypnose, et déjà pourtant on peut calmer les situations délicates voire traumatisantes. Prenons l’exemple assez banal d’une piqûre. Le simple fait que le soignant dise « Respirez profondément, j’y vais » au lieu de « Attention, je vais piquer », change l’appréhension du patient face à ce soin.

https://www.france-assos-sante.org/2014/07/02/lhypnose-medicale-de-plus-en-plus-presente-a-lhopital/

Elle est également employée pour des interventions qui se font généralement sous anesthésie locale, comme par exemple l’ablation de la thyroïde, mastectomie, exploration endoscopique etc.

  • Les limites actuelles de l’hypnose médicale :

Bien que sa pratique se répande de plus en plus, cette dernière possède des limites :

  • elle ne peut pas encore complètement remplacer une anesthésie générale dans le cas d’intervention lourde, bien que des patients en aient déjà bénéficié :

Le cas d’un patient lillois de 88 ans qui a subi une opération chirurgicale cardiaque sans anesthésie lourde a remis sur le devant de la scène une pratique qui commence à se démocratiser. Car ce Nordiste a donné son accord pour une intervention sur sa valve aortique après avoir été hypnotisé. 48h après être passé sur le billard, il semblait en pleine forme, rapporte France Bleu Nord.

https://www.bfmtv.com/societe/jusqu-ou-ira-l-hypnose-medicale-1530422.html

 

Par exemple, « on ne peut pas encore faire d’interventions aussi agressives qu’une ablation du colon ou d’une partie du foie », explique Philippe Houssel. « … ». On ne peut pas remplacer complètement l’anesthésie générale par de l’hypnose. Dès que ça touche l’os, qu’on va tirer fort sur des tissus et que ça va être très long, on gardera l’anesthésie générale. Mais ce n’est pas une compétition: l’hypnose s’ajoute et ne remplace pas ».

https://www.bfmtv.com/societe/jusqu-ou-ira-l-hypnose-medicale-1530422.html
  • elle dépend de la volonté du patient. Si le patient n’a pas le souhait de collaborer, cette pratique ne fonctionnera pas.

 

  • L’avenir de l’hypnose médicale :

Comme nous avons pu le voir dans cet article, l’hypnose médicale se démocratise de plus en plus, et en est probablement encore à ses débuts en France. Un cadre légal sur cette pratique est très demandé afin de pouvoir mieux contrôler cette pratique, comme le déclare Jean-Marc Benhaiem, président de l’Association française pour l’étude de l’hypnose médicale (AFEHM) :

« Il faudrait réserver l’usage de l’hypnose aux professionnels de santé, souhaite Jean-Marc Benhaiem. En Israël, il y a une loi de ce genre, et de ce fait  ça a complètement calmé tous les pseudo-thérapeutes autoproclamés. En France, c’est une immense pagaille. Tout le monde peut se faire hypno-thérapeute, et c’est très ennuyeux. Parfois ils ne sont pas malhabiles, mais ils peuvent passer à côté d’un problème psychiatrique grave ou d’une pathologie grave ».

https://www.bfmtv.com/societe/jusqu-ou-ira-l-hypnose-medicale-1530422.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s